Paiement mobile: Les premiers détails sur le fonctionnement du marché

Sara El Hanafi | Le 13/11/2018 à 19:40

Bank Al-Maghrib et l'Agence nationale de réglementation des télécommunications, les deux régulateurs du système, ont présenté leurs premières estimations du marché ainsi que les premières règles de place, ce 13 novembre à Rabat.

Grand-messe ce 13 novembre au siège de Bank Al-Maghrib à Rabat autour du paiement mobile. La Banque centrale a organisé une conférence de presse sur le sujet, avec l’Agence nationale de réglementation des télécommunications et en présence de diverses parties prenantes du chantier.

Alors que ce nouveau système de paiement commence à sortir de terre, avec plusieurs banques et établissements de paiement qui ont déjà lancé leurs propres wallets (portefeuilles virtuels), les deux régulateurs ont présenté leurs premières estimations du marché ainsi que les premières règles de place du nouvel écosystème.

On apprend donc que l’offre se basera sur 5 services gratuits : la souscription au wallet, sa recharge en espèces, les paiements commerçants pour le payeur (hors paiement de factures), la consultation de solde, ainsi que la résiliation du wallet.

Les coûts des SMS, de switching (interopérabilité), et de mise à disposition des GAB seront convenus entre les acteurs de la place (opérateurs télécoms, Switch, et Etablissements bancaires et de paiement). La commission d’interchange sera pour sa part plafonnée.

En dehors de ces règles de place, chaque acteur gardera la liberté de positionner son offre comme il le souhaite, et de l’enrichir des services complémentaires de son choix.

Par ailleurs, Bank Al-Maghrib a prévu une réglementation spécifique au paiement mobile dans le cadre de ses missions de surveillance et de supervision. Le Wali de Bank Al-Maghrib a émis une décision réglementaire ayant pour objectif de fixer les règles régissant le paiement mobile domestique devant être observées par les banques et établissements de paiement, et a prescrit également des mesures concernant la protection des usagers de cet instrument.

Bank Al-Maghrib estime que la solution captera 60 MMDH sur la période 2019-2024, avec à terme 1,3 milliard de transactions, 6 millions d’utilisateurs, et 51.000 agents/commerçants faisant partie du réseau d’acceptation. La Banque centrale affirme avoir prévu une stratégie de communication et de sensibilisation auprès des commerçants dès le début de l’année prochaine afin de mieux vulgariser la solution.

Basée sur le numéro de téléphone utilisé pour toutes les étapes de la transaction, la solution nationale de paiement mobile intervient alors que les échanges au Maroc sont encore largement dominés par le cash. Cette prédominance des paiements en espèces entraîne de nombreuses inefficacités économiques et sociales, ainsi qu’un coût important pour les agents économiques, représentant jusqu’à 0,7% du PIB.

Retrouvez l'intégralité de la présentation délivrée par Bank Al-Maghrib et l'ANRT ci-après.

lire aussi
  • | Le 14/11/2018 à 19:46

    Paiement mobile domestique: Bank Al Maghrib publie sa décision réglementaire

  • Sara El Hanafi | Le 14/11/2018 à 16:34

    Transformation digitale: La BCP dévoile sa "Squad Factory"

    La Squad Factory a participé à différents projets de transformation digitale au sein de la BCP, depuis que celle-ci a été initiée par la banque en 2016. D'autres projets sont à leurs phases finales de développement.

  • M. Ett. | Le 14/11/2018 à 16:34

    Réserves de change: la baisse de l’encours n’est pas inquiétante

    La baisse des réserves internationales de Bank Al-Maghrib nettes n’est pas alarmante, s’accordent à dire les professionnels du marché. Explication. 

  • A.L | Le 14/11/2018 à 15:17

    Assurances: les primes émises progressent de 6,4% à fin septembre 2018

    Au titre des neuf premiers mois de l’année en cours, les primes émises par le secteur des assurances ont totalisé 31,2 MMDH, en hausse de 6,4% en glissement annuel, selon les dernières statistiques de l’Acaps. En termes de placement, l’encours a atteint 168 MMDH. Durant les trois derniers mois (juin-septembre), les compagnies se sont davantage orientées vers le marché des taux. Jusqu’à fin juin, elles privilégiaient toujours les actions.